Paroptimum / Non classé / 1 commentaire

photo

L’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (Ohada) sera dotée des nouveaux actes uniformes liés à la coentreprise, à l’affacturage et au crédit-bail. La 41ème session du Conseil des ministres des États membres étant achevée le 17 juin dernier à Brazzaville, s’est aussi engagée à renouveler la commission du Plan comptable et à assainir le compte de gestion de l’Ohada.

Outres ces innovations, les ministres de la Justice et des Finances des dix-sept Etats membres de l’organisation ont approuvé les projets de création dans chaque Etat d’une Commission nationale Ohada, d’un fichier du Registre de commerce et du crédit mobilier (RCCM), ainsi qu’un organe chargé de la tenue du RCCM ; de l’opérationnalisation d’un logiciel de l’organisation en ce qui concerne la réforme du droit et système comptables

La réaction des responsables et praticiens du droit des affaires Ohada ne s’est pas fait attendre. Pour le magistrat congolais, président de la commission nationale Ohada, Armand Claude Demba, les délibérations du Conseil des ministres vont permettre la bonne gouvernance des affaires et contribuer à résorber l’insécurité juridique et judiciaire au Congo et dans les autres Etats membres.

« Cela permet de sortir nos Etats de la misère et de les mener sur le chemin de l’émergence », a déclaré le magistrat Armand Claude Demba, appelant les décideurs et hommes d’affaires congolais à prendre à cœur les différentes recommandations afin, dit-il, d’améliorer l’environnement des affaires dans le pays.

En ce qui concerne l’arbitrage et la médiation commerciale, les délégués des Etats réunis dans la capitale congolaise ont décidé de confier l’étude des conditions de mise en œuvre des réformes à un cabinet qui devra rendre sa copie dans un bref délai.

Par ailleurs, « le Conseil des ministres a pris acte de l’engagement du gouvernement camerounais de conduire les études architecturales, en vue de la construction d’un nouvel immeuble de l’organisation (située à Yaoundé) », a indiqué la ministre malienne de la Justice, Sanogo Aminata Mallé, rapporteuse adjointe du Conseil des ministres. Le gouvernement ivoirien, a-t-elle ajouté, a pris le même engagement pour le projet d’extension du siège de la Cour commune de justice et d’arbitrage (CCJA) installé à Abidjan.

L’objectif de ces multiples efforts visant la reforme de la CCJA et de la médiation commerciale, le Conseil des ministres, vise à pallier la lenteur dans la procédure et le traitement des litiges commerciaux.

La République du Congo qui assure la présidence 2016 de l’Ohada entend faire de Brazzaville l’aube d’un nouveau départ, la genèse de nouvelles mentalités pour faire fonctionner cette institution selon les normes fondatrices, a annoncé le président du Conseil des ministres, Pierre Mabiala.

« Je vous envoie tous, dans nos cabinets de travail et dans nos prétoires, à un haut standard de patriotisme juridique et professionnel. Le développement de nos pays, ainsi que leur fonctionnement dans le concert des nations émergentes, sont à ce prix », a conclu le ministre congolais de la justice Pierre Mabiala.

Fiacre Kombo
http://adiac-congo.com

blog (11)

Le nouveau Code du Travail adopté le 20 juillet, qui remplace celui de 1995, a été publié le 14 septembre et s’applique sous réserve des décrets d’application qui doivent être pris.

Il prévoit notamment le relèvement de l’âge d’accès à l’emploi de 14 à 16 ans et impose à l’employeur la tenue d’un registre identifiant tous les salariés de moins de 18 ans, prohibe expressément toute forme de discrimination liée aux handicaps et sanctionne toute forme de harcèlement. Il impose par ailleurs la création d’un comité d’entreprise à partir d’un effectif de 300 salariés.

modification de la réglementation des marchés publics

Une décret publié le 8 septembre 2015 modifie le Code des marchés publics de 2009 en prévoyant notamment l’obligation pour toute autorité contractante de réserver 20% du montant annuel prévisionnel de ses commandes à des PME ivoiriennes ainsi qu’une marge de préférence de 5% aux offres prévoyant de sous-traiter au moins 30% du marché à un PME ivoirienne.

De nouvelles procédures simplifiées sont également instituées pour les marchés inférieurs aux seuils d’application des procédures du Code et font l’objet d’un Arrêté du 16 septembre 2015.

steve_jobs-1024x640

Il y a de ces principes simples et basiques que le commun des mortels pensent savoir clairement mais que les gens qui atteignent des niveaux de performances exceptionnels  appliquent secrètement comme s’ils étaient les seuls à les connaître ; des principes qui finissent par faire d’eux des hommes et des femmes à part, d’un autre rang, d’un autre niveau, d’un autre cercle. N’importe qui peut s’approprier ces principes et les vivre de manière à aboutir à l’ultra-succès. Vous allez être surpris de savoir que ce sont des principes simples et vraiment basiques.

1. L’ambition

On vous a dit que ce n’est pas bon d’être trop ambitieux dans la vie. Il n’y a rien qu’on appelle être trop ambitieux. Les gens qui arrivent à réaliser des performances exceptionnelles et atteignent l’ultra-succès comprennent clairement cette citation de Albert Einstein que Narcisse Somda et moi avons reprise au deuxième chapitre du livre L’ART DE DEVENIR UN PICASSO : « Avec la logique vous pouvez aller d’un point A à un point B. Avec l’imagination vous pouvez aller partout ». Ne faites pas du fait d’être ambitieux dans la vie un interdit. Ceux qui vous ont toujours dit cela avaient juste peur que vous alliez trop loin et aussi loin que vous l’imaginiez. Rappelez-vous ce conseil que je suggérais dans mon premier JE CREE MA PROPRE ENTREPRISE et repris dans L’ART D’ENTREPRENDRE : DOPER VOTRE INTELLIGENCE ENTREPRENEURIALE : « Ayez les plus grandes ambitions au monde. C’est votre droit le plus absolu. L’essentiel, c’est de faire des moyens menant à vos grandes ambitions vos premières ambitions ». Soyez ambitieux. L’essentiel, c’est d’y travailler et d’avoir constamment faim comme si vous veniez de commencer parce qu’il n’y a pas de limite à ce que vous pouvez réaliser à part les limites que vous vous mettez vous-mêmes. Soyez ambitieux au point de pouvoir dire un jour comme Gary Tharaldson : « Depuis mon enfance, j’ai toujours voulu créer quelque chose à une grande échelle. Je ne savais pas exactement de quoi il s’agirait mais je savais que quoi qu’elle fût, elle serait vraiment grande ».

2. Le dur labeur

Certains aiment quitter trop tôt. Franchement, j’avais aucune envie d’écrire cet article mais depuis que j’ai internalisé le principe de l’éclair de génie, j’ai compris que la seule façon de précipiter des résultats exceptionnels, c’est de passer rapidement à l’action lorsqu’on a une idée ou des idées lumineuses. J’ai personnellement été froissé lorsque je suis tombé sur la phrase suivante de Thomas Jefferson : « En 50 ans, le soleil ne m’a jamais surpris dans mon lit ». J’avais la sensation d’être un gros paresseux moi à qui on recommande si souvent de me reposer. Il n’y a que ceux qui ont le sentiment d’y être arrivés qui prennent trop de repos. Les gens exceptionnels comme Thomas Jefferson savent clairement qu’on ne récolte pas des céréales en trainant au lit. Ils savent que chaque aspect des défis de la vie que nous avons à relever nécessite un peu plus d’acharnement et de dévotion que le commun des mortels l’imagine. Ils savent comme le multimillionnaire David Jones  qu’il n’y a « aucune magie mystique qui conduise au succès et à la création massive de richesse si ce n’est le travail acharné, la dévotion et une bonne dose de diligence ».  Et ça, l’homme ou la femme qui tient à atteindre ses objectifs doit l’internaliser !

3. L’endurance

La plupart des gens ont besoin de dire : « C’est bon là : je n’en peux plus ! ». Mais cette phrase qui n’est pas du tout insensée pour les gens à résultat exceptionnel qui concentrés sur leur sujet ne se posent pas de question quant à s’il faut continuer de se donner ou s’arrêter. C’est une phrase tout simplement dichotomique. Comment peut-on imaginer arrêter de quérir ce qu’on a toujours voulu et conclure tout bonnement que ce n’est pas possible. Tout est possible aussi longtemps que vous êtes prêt à continuer de vous donner car « vous n’avez jamais échoué jusqu’à ce que vous arrêtiez d’essayer » (Albert Einstein). Alors n’abandonnez pas maintenant parce que vous n’y êtes peut-être pas encore. Pendant que vous pilotez votre vie et votre carrière, il faudra de la stratégie. Et la première stratégie, c’est celle d’avoir une telle précision d’intention et la clarté quant à ce que vous voulez si bien qu’aussi longtemps que vous ne l’avez pas, vous ne vous arrêtiez pas. Voilà !

4. Le sens du but

Et c’est justement à cause de cette clarté quant à ce qu’ils veulent réellement alors là vraiment qui fait que les gens qui arrivent à atteindre des niveaux de résultats exceptionnels donnent l’impression de surfer à l’échelle du divinement suprême ou d’être des hommes d’un cercle classé. Ils ne le sont que parce qu’ils ont des façons différentes de penser et d’agir.  Imaginez que vous savez clairement et êtes convaincu que vous êtes doté d’une mission spéciale, qu’est-ce qui vous arrêtera ? Qui vous empêcherait de continuer de donner le meilleur de vous-mêmes ? Pourquoi vous ne tutoieriez pas les dieux ? Lorsque le but est clair, tout devient possible, tout devient inévitable, tout s’y résume et aussi longtemps que vous ne l’avez pas vous ne vous arrêtez pas. Vous y résumez votre vie parce qu’il résume en deux mots votre vie. Et si vous n’avez pas suffisamment faim, si vous n’en voulez pas suffisamment, vous devez méditer sur la phrase suivante de Steve Jobs : « Seuls ceux qui sont suffisamment fous pour penser qu’ils peuvent changer le monde y arrivent ». Et quand vous aurez fini, répondez à la question suivante de Steve Jobs toujours : «Tu veux passer le reste de ta vie à vendre de l’eau sucrée ou tu veux changer le monde

Par Hermann H. CAKPO

Auteur, coach et co-fondateur The H&C Group